La peine du journaliste El Mahdaoui portée à un an

La Dépêche | 12 septembre 2017 à 11 h 16 min | Mis à jour 13 septembre 2017

La peine du journaliste El Mahdaoui portée à un an
© DR
193

La Cour d’appel d’Al Hoceima a condamné Hamid El Mahdaoui, le directeur de publication du pure player Badil, à un an de prison après qu’il ait été condamné à trois mois de prison par le tribunal de première instance, le 25 juillet dernier.

 

Le journaliste a également été condamné à verser une amende de 20.000 dirhams, nous a indiqué son avocat Lahbib Hajji.

 

Hamid El Mahdaoui a été condamné selon le code pénal pour "incitation des citoyens à enfreindre la loi". "La participation à l’organisation d’une manifestation interdite", un autre chef d’accusation qui pesait sur lui, a cependant été abandonné. Il a été arrêté à Al Hoceima le 20 juillet, jour de la “grande manifestation”, interdite par le ministère de l’Intérieur.

El Mahdaoui est également poursuivi par le parquet de Casablanca pour “non dénonciation de l’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat”. Le journaliste est soupçonné d’avoir entretenu une conversation téléphonique avec un MRE qui aurait menacé d’introduire des armes au Maroc, nous confie Me Hajji.

Commentaires