Huawei s’inquiète pour sa survie suite à la nouvelle réglementation américaine sur les puces électroniques

Suite à l’annonce du gouvernement américain visant à diminuer davantage la capacité de Huawei à fabriquer des puces, le géant chinois des équipements de télécommunications a condamné la nouvelle décision pour être “arbitraire et pernicieuse“.

“Huawei s’oppose catégoriquement aux amendements apportés par le ministère américain du commerce à sa loi sur les produits étrangers directs qui visent spécifiquement Huawei”

a déclaré Huawei lundi lors de son sommet annuel des analystes à Shenzhen.

Les nouvelles restrictions interdiraient à Huawei d’utiliser des logiciels et du matériel américains dans certains procédés stratégiques de fabrication de semi-conducteurs. Cela affectera toutes les fonderies utilisant des technologies américaines, y compris celles situées à l’étranger, dont certaines sont les principaux fournisseurs de Huawei.

TSMC aurait arrêté de fournir Huawei

Plus tôt dans la journée de lundi, le Nikkei Asian Review a rapporté que la Taiwanese Semiconductor Manufacturing Co, le plus grand fabricant de semi-conducteurs au monde qui alimente de nombreux téléphones haut de gamme de Huawei, a cessé de prendre de nouvelles commandes de Huawei, l’un de ses plus gros clients. Huawei a refusé de commenter, tandis que TSMC a déclaré que le rapport était “une simple rumeur de marché”.

Les décisions de TSMC indiquent cependant qu’elle tente de renforcer ses liens avec les États-Unis, puisqu’elle prévoit de construire une nouvelle usine de fabrication de puces avancées en Arizona, d’une valeur de 12 milliards de dollars, avec le soutien de l’État et du gouvernement fédéral américain.

Huawei se retrouve en grande difficulté

Lors de la conférence de lundi, le président de Huawei, Guo Ping, a admis que si l’entreprise est capable de concevoir certaines pièces de semi-conducteurs comme les circuits intégrés (IC), elle reste “incapable de faire beaucoup d’autres choses“.

“La survie est le mot clé pour nous à l’heure actuelle”

Guo Ping, président de Huawei

M. Huawei a déclaré que la dernière interdiction américaine ne toucherait pas seulement ses propres activités dans plus de 170 pays, où elle a dépensé “des centaines de milliards de dollars”, mais aussi l’écosystème au sens large dans le monde entier.

“À long terme, l’interdiction américaine va nuire à la confiance et à la collaboration au sein de l’industrie mondiale des semi-conducteurs dont dépendent de nombreuses industries, augmentant les conflits et les pertes au sein de ces industries”.

A la recherche d’alternatives face à l’attaque américaine

Huawei a annoncé une série de mesures d’urgence depuis que l’administration Trump a commencé à lui imposer des sanctions technologiques, y compris celle qui l’avait empêché d’accéder à certains services Android de Google.

Huawei a déclaré lors du sommet qu’il avait doublé ses investissements dans les développeurs étrangers afin de les attirer vers son système d’exploitation. Quelque 1,4 million de développeurs ont rejoint Huawei Mobile Services ou HMS, soit un bond de 150 % par rapport à 2019. À titre de comparaison, iOS comptait en 2018 20 millions de développeurs enregistrés, qui ont réalisé collectivement environ 100 milliards de dollars de recettes. La question pour Huawei est de savoir combien d’argent les créateurs d’applications peuvent générer à partir de son écosystème.

Dans sa recherche d’alternatives à la suite d’applications de Google en Europe, elle s’est associée aux services de navigation TomTom et Here, au moteur de recherche Qwant et à l’application News UK.

Source : TechCrunch