Coronavirus : Vous pensez que le confinement est difficile ? Essayez sans internet

Des centaines de millions de personnes aux États-Unis, en Europe et au Maghreb sont encore exclues d’une bonne connexion internet en raison de son prix, ou de sa portée

Exemple aux États-Unis, à Sandwich, dans le New Hampshire, une ville de 1 200 habitants, le haut débit est rare. Oubliez Youtube en HD, et encore moins le fait de travailler ou d’étudier à la maison. Même le service de police a du mal à télécharger ses rapports.

Julie Dolan, une retraitée de 65 ans de Sandwich, souffre d’asthme. Son mari fait de l’hypertension artérielle. Dolan doute que son internet domestique de mauvaise qualité puisse gérer un rendez-vous médical à distance, et de nos jours, personne ne veut aller voir le médecin s’il peut l’aider. Il reste la technologie du XIXe siècle – le téléphone. “C’est tout ce que j’aurais“, dit-elle.

Alors que les écoles, les lieux de travail et les services publics ferment à l’ère des coronavirus, les connexions en ligne permettent à beaucoup de monde de rester en contact avec les institutions vitales et entre eux. Mais c’est un problème lorsqu’il est difficile d’obtenir un service internet rapide.

Bien que les efforts pour étendre le service à large bande aient progressé ces dernières années, des centaines de millions de personnes sont encore laissées pour compte, en grande partie parce que les compagnies de téléphone et de câble hésitent à investir dans les zones rurales éloignées. Les subventions gouvernementales, qui se chiffrent en milliards, n’ont pas entièrement résolu le problème.

Au Maroc, l’accès haut débit reste trop onéreux pour 60% de la population. Les circonstances sont similaires dans de nombreux pays africains. Les perspectives de croissance de l’internet haut débit restent limitées. «Dans les classements, le Maroc, leader régional il y a une décennie, est derrière d’autres pays comparables», estime un rapport de la Banque Mondial, analysé par nos confrères de l’économiste. Le taux de pénétration du haut débit était de 17,5% pour le fixe et 41% pour le mobile en 2015, alors que la moyenne régionale est respectivement de 41% et 85%. Ces taux sont parmi les plus bas dans la région. Il est aussi considérablement inférieur à celui de certains pays d’Europe de l’Est (où les taux sont proches de 50% pour la téléphonie fixe et de 100% pour le mobile).

L’infographie montre l’évolution des taux de pénétration du fixe (gauche) et ceux du haut débit (droite) dans la région Mena

L’enjeu est important en temps de crise comme celle que nous vivons mais aussi hors crise. En effet, le haut débit est un des piliers de la compétitivité d’un pays. Son déploiement est nécessaire pour attirer les investissements étrangers.

Même dans les villes, le coût élevé de l’accès à Internet fait que beaucoup de particulier se privent.

Louis, Stella Ashcraft, 63 ans, vit de chèque en chèque et n’a pas les moyens de s’offrir Internet. Elle a reçu des photos de son petit-fils nouveau-né par SMS, mais elle n’a pas pu avoir le luxe d’utiliser Zoom pour voir le bébé.

Je me sens très renfermée, isolée, seule“, a-t-elle déclaré. En Occident, les personnes âgées sont de plus en plus isolées. Sans internet, cet isolement se creuse considérablement.

Des millions de personne travaillant à domicile apprennent à utiliser la vidéo en ligne au lieu de réunions en face-à-face, mais ce n’est pas une option pour ceux qui ne disposent que d’un service de données au compte-gouttes.

Brie Morrissey, qui possède un immeuble équipé de la large bande à Dublin, dans le New Hampshire, préférerait maintenir la distance sociale en travaillant à domicile. Mais elle ne cesse de se rendre au bureau pour la connexion et, par conséquent, nettoie constamment les lieux – essuyant les poignées de porte, les lavabos des salles de bain et “chaque centimètre du bâtiment“, dit-elle.

Les étudiants, quant à eux, ne peuvent pas regarder des conférences en ligne ou participer à des discussions. Les travaux scolaires en ligne sont désormais la norme, mais les millions d’élèves qui n’ont pas accès à l’internet ou à un ordinateur à la maison ont besoin de solutions créatives alors que les écoles ferment leurs portes.

Dans les zones rurales de l’ouest de l’Alabama, moins de 1 % des quelque 9 100 habitants du comté de Perry disposent d’un internet de haute qualité à la maison. Les enseignants du comté ont passé trois jours à charger manuellement des images scannées de feuilles de calcul et d’autres documents sur des iPads et des Chromebooks pour que les 1 100 élèves du système puissent les emporter chez eux lorsqu’ils ne sont pas en classe, a déclaré le directeur John Heard.

Si vous avez un bon accès internet, vous pouvez vous dire que la situation n’est pas si mal tout compte fait.

Source : siliconvalley

Articles dans la même catégorie :

– Découvrez 3 logiciels incontournables pour vous aider à référencer votre site internet
– 10 erreurs à éviter sur votre site web
– Médias: le Huffpost Maghreb qui regroupait le Huffpost Maroc, le Huffpost Algérie et le Huffpost Tunisie ferme son site !
– Augmenter son débit internet : Conseils pour un haut débit internet : ne pas utiliser le micro-ondes !