Choisir le bon filament dans l’impression 3D n’est pas toujours simple. Les polymères utilisés dans la fabrication des filaments destinés à l’impression 3D ont des différences et sont en constantes évolutions. Pour être satisfait de l’objet à fabriquer et réussir son impression, il est important de bien choisir son filament 3D et de connaitre certaines caractéristiques, surtout lorsque l’on débute.
La première chose à savoir c’est que le choix du matériau dépend tout d’abord du type d’imprimante 3D utilisée. Avec une machine ouverte, il est possible d’imprimer avec des filaments de type PLA, PETG, Polypropylène, Carbone, flexible ou toutes matières chargées à base de PLA ou PET. Avec une imprimante fermée la gamme de filament utilisable peut être complétée avec les filaments suivants : ABS,PC, HIPS,ASA,PA et tous les matériaux chargés à base de Nylon (PA6, PA12).

Le PLA, filament le plus utilisé

Comme nous l’indique le site spécialisé 3D advance, lorsque l’on débute dans l’impression 3D le filament le plus utilisé est bien souvent le PLA (acide polylactique – obtenu avec de l’amidon de maïs donc biosourcé). Cette matière facile à imprimer sur toutes types d’imprimantes 3D est non toxique. Il ne dégage pas d’odeur.

Les différentes grades de PLA

Le PLA possède différents grades nommés Ingeo qui donnent des caractéristiques techniques différentes. Par exemple, avec un PLA Ingeo 870, le plus performant, vous avez une résistance mécanique 9 fois supérieure à celle de l’ABS.

L’inconvénient des filaments PLA

L’inconvénient de cette matière est son point vitreux. II peut être important de prendre en compte cette caractéristique du filament PLA selon les objets à imprimer. Le point vitreux correspond à la température à partir de laquelle le filament commence à se ramollir. Pour les filaments de grandes marques, ce point se situe à 60 degrés mais peut descendre à 40 degrés pour les produits d’entrée de gamme.

Quelles sont les caractérisques techniques des filaments 3D à connaitre ?

Nous allons voir ci-dessous les différentes caractéristiques d’un filament.

Le MPA , est la donnée qui indique la rigidité plus cette valeur est élevée plus votre filament sera résistant.

Le Shore A ou D correspond à la dureté de la matière. Il se calcule par la mesure de l’enfoncement d’une pointe dans le matériau. Il est également possible d’assimiler cette caractéristique à la souplesse.

 L’allongement à la rupture est l’élasticité du filament 3D qui va conditionner sa souplesse, sa résistance à la flexion et à la déformation. Un matériau avec une valeur d’élasticité très faible sera rigide et cassant. Au contraire une valeur élevée indique une forte élongation. Dans ce cas le filament aura tendance à s’étirer plutôt qu’à casser.

La résistance à l’impact mesure la limite acceptable à la rupture sur une éprouvette dans le plan horizontal et vertical, plus la valeur est élevée plus la force nécessaire pour la rupture est importante. Il est important de noter que dans l’impression 3D la résistance aux chocs va dépendre du grade du filament et de la qualité d’impression choisie, la liaison inter couche de l’objet imprimé doit être excellente pour maximiser la résistance.

Que retenir du PLA ?

Le filament PLA offre une palette très large dans l’univers de l’impression 3D et malgré certain apriori cette matière apporte un grand éventail de possibilités. Pour des résultats optimaux et des pièces résistances la marque à une importance capitale. Les marques de filaments PLA Polymaker, Formfutura, Raise3D sont des marques premium très utilisées chez les professionnels.