Publicité

Où en sont les travaux du LGV Tanger-Casablanca?

La Dépêche | 29 août 2017 à 11 h 17 min | Mis à jour 29 août 2017

Où en sont les travaux du LGV Tanger-Casablanca?
© DR

Les travaux de la ligne à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca ont atteint un état d'avancement de plus de 90%: c’est le bilan dressé, lundi 28 août, par le ministre de l’Équipement et du Transport, Abdelkader Amara. La mise en service commerciale du projet est prévue pour l’été 2018.

Lors d'une visite de terrain à différents sites du projet de construction de la LGV, le ministre a précisé que le chantier compte 12 viaducs, 169 ponts-routes et ponts-rails et plus d’une centaine d’ouvrages hydrauliques, réalisés à 80% par des entreprises marocaines. Le plus long viaduc, celui d’El Hachef fait 3,5 kms et a coûté plus d’un milliard de dirhams.

Des essais à 320 km/h en septembre

Les premiers essais du TGV ont été réalisés en février dernier, avec une vitesse de 160 km/h et selon le directeur général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie, les essais à 320 km/h débuteront en septembre prochain sur un tronçon de 120 km. L’ONCF assure que l'exploitation avance conformément au planning arrêté, notamment en termes de formation des conducteurs, du personnel de la maintenance et du personnel commercial et que les travaux de génie civil sont d’ores et déjà terminés. Ceux des équipements ferroviaires devraient l’être avant fin 2017. Le 1er semestre 2018 sera consacré aux essais d’homologation du système et son rodage alors que la mise en service commerciale du projet est prévue au cours de l’été 2018.

Une nouvelle gare pour Tanger

La nouvelle gare de Tanger qui a demandé un investissement de 360 millions de dirhams est avancée à 65%, toujours selon l’ONCF. Réalisée sur une superficie couverte de 10.500 m², elle comporte des espaces de circulation voyageurs, des guichets, des salles d’embarquement et des commerces, ainsi que 77.000 m² d’aménagements extérieurs.
Autre élément clé de la LGV: l’atelier de maintenance des trains à grande vitesse, inauguré par le Roi Mohammed VI, en septembre 2015. Cet atelier a permis, dans un premier temps, de réaliser le remontage des éléments de trains à leur réception. Dimensionné pour un parc de 30 trains à grande vitesse, il a coûté 640 MDH.

Publicité

Commentaires