Dix films conseillés par cinq cinéastes marocains

La Dépêche | 10 août 2017 à 18 h 10 min | Mis à jour 10 août 2017

Par

Dix films conseillés par cinq cinéastes marocains
© DR
802

Besoin d’une sélection pointue de films pour vos deux prochains week-ends prolongés? (Oui oui, vous ne travaillerez pas deux lundis de suite!). La Dépêche a contacté cinq professionnels de cinéma qui ont concocté pour vous le programme parfait d’un week-end cinéphile. Hicham Lasri, Faouzi Bensaidi, Laila Marrakchi, Noureddine Lakhmari et Latefa Ahrrare nous parlent de leurs coups de coeur.

  • Faouzi Bensaïdi, réalisateur et acteur

"Andreï Roublev" d’Andreï Tarkovski

"L’été est pour moi l’occasion de réviser mes classiques. Tarkovski est un homme qui a une exigence et un rapport à son métier qui est juste hallucinant. C’est un exemple pour moi. Dans ce film, il y a un plan d’ouverture absolument splendide avec des gens qui se dirigent vers une cloche d’église. 'Andreï Roublev' est un film sur cette chance de croire en les choses que l’on veut accomplir. La beauté des films de Tarkovski réside en le fait qu’il arrive à filmer des choses qui sont de l’ordre de l’invisible. C’est d’une force inouïe. Son rapport à la nature dans sa création est également intéressant."

"Le jour d’après" de Hong Song

"C’est un film que j’ai regardé deux fois. Ce n’est a priori pas le genre de films qui me plaisent, mais celui-ci est une exception. Le cinéma de ce réalisateur coréen ne m’avait jamais conquis, mais je dois avouer qu’il a atteint un sommet dans l’art de la variation sur un thème commun à tous ses films: le couple et ses affres, les moments où ça ne marche pas et la lâcheté des hommes aussi. Avec une grande économie de moyens, il arrive à créer une mise en scène précise et inventive. C’est un film que j’ai appris à apprécier même si ce genre cinématographique qui est loin de moi."

  • Hicham Lasri, réalisateur

"Ma Loute" de Bruno Dumond


"Pour une fois, faire du cinéma décomplexé d’auteur, tout en y incorporant du burlesque, du sérieux et du drame, fonctionne. Le résultat n’est pas austère, au contraire, c’est vraiment créatif. C’est un voyage, une expérience partagée comme devrait l’être un film à la base, loin des clichés du cinéma d’auteur canonisé. C’est mon film préféré des deux dernières années."

"Impitoyable" de Clint Eastwood


"Je l’ai revu encore. A chaque visionnage, il devient meilleur parce qu’il raconte quelque chose qui est propre au cinéma: comment créer une légende et partir d’un point de vue pour développer une mythologie en l’espace de deux heures. Le film fonctionne aussi parce que c’est Clint Eastwood et pas quelqu’un d’autre, et parce qu’il y a une conscience des limites imposées par le western ainsi que ses clichés. Ce chef d’oeuvre est également une vraie prouesse scénaristique."

  • Noureddine Lakhmari, réalisateur

"Her" de Spike Jones


"Je viens de le revoir cette semaine. C’est un film original et brillant. Tout y est magnifique, de la mise en scène extrêmement raffinée au jeu d’acteur. C’est un film à voir et à revoir."

"Paterson" de Jim Jarmush

"C’est une histoire très simple: un chauffeur de bus veut être poète, et tout autour de lui, à New York, devient poétique. La simplicité des personnages et de l’histoire est rafraîchissante. Ce n’est pas le genre de films où il faut un conflit pour que l’histoire avance, mais un film où seul le périple du personnage principal compte."

  • Laila Marrakchi, réalisatrice

"Aquarius" de Kleber Mendonça Filho


"Il était dans la sélection officielle du Festival de Cannes de 2016. C’est l’histoire d’une femme qui vit à Recife au Brésil, dans un immeuble qui s’appelle Aquiarius et qui vient d’être acheté par des promoteurs immobiliers. Ces derniers ont déjà racheté toute la côte et tous les appartements de l’immeuble sauf le sien. Ils essaient de tout faire pour la chasser, mais elle résiste. Son appartement c’est toute sa vie, et on est avec elle pendant tout le film dans sa belle résistance: on plonge dans son passé et on observe son présent avec ses enfants."

"Loulou" de Maurice Pialat


"C’est un film que j’ai revu en DVD. J’aime beaucoup les films de Maurice Pialat. C’est une histoire d’amour entre Gérard Depardieu et Isabelle Huppert qui vient d’un milieu bourgeois, et lui est un homme du peuple. Ils tombent amoureux et le résultat est une belle histoire sur fond de différences sociales."

  • Latefa Ahrrare, actrice

"Le rêve de Shahrazad" de François Verster


"Cette année j’ai surtout regardé des documentaires, vu que je suis en train de suivre une formation cinéma-documentaire, en vue de l’obtention d’un master, à l’université Abdel Malek Saadi. Parmi les films que j’ai découverts, le très beau 'rêve de Shahrazad', du Sud-Africain François Verster. Il raconte le Printemps arabe d’une manière très artistique, à travers l’histoire de l'héroïne des Mille et une nuits et avec sa voix salvatrice."

"Dogville" de Lars Von Trier

"C’est un film que je n’ai pas fini de revoir. Il raconte l’histoire d’une jeune femme qui a échappé à l’emprise des gangsters et qui est reçu par la communauté de Dogville, une ville créée par le réalisateur dans un plateau, sans murs, ce qui élargit le champs de vision du public."

Commentaires