fbpx
Publicité
Publicité

Les questions que vous avez toujours voulu poser à un bodybuilder

La Dépêche | 16 novembre 2017 à 21 h 23 min | Mis à jour 21 mars 2018

Propos recueillis par

Publicité

Abdelmounaim est un jeune bodybuilder casaoui qui passe sa vie à soulever de la fonte pour ressembler un jour à la star américaine de la discipline, Ronnie Coleman. Il y a trois ans, Abdelmounaim a ouvert sa propre salle de gym, tout en poursuivant ses études supérieures. Pourquoi tient-il à tout prix à devenir une boule de muscles et à exposer ses biceps en slip devant un jury? Pense-t-il qu’il est plus viril et plus attirant que les mecs chétifs?

 

 

Tu as quel âge?

27 ans.

 

Quel est ton niveau d’études ?

Un bac+3. J’ai une licence en littérature arabe à la fac de lettre de Casa.

 

Depuis quand tu fais du bodybuilding?

Depuis 2007, j’avais alors 17 ans. Je me suis inscrit à la salle de sport d’un ami de mon père et, très vite, je suis devenu accro aux haltères. Il m’arrivait de passer des journées entières à m’entrainer en espérant que ça allait gonfler mes muscles. Après avoir obtenu ma licence, j’avais une seule envie, ouvrir ma propre salle. Mais pour le faire, il a fallu que j’emprunte de l’argent et que mon père me soutienne financièrement. Aujourd’hui, j’ai pu rembourser mes dettes et la salle attire de plus en plus de clients. Hamdoulah.

 

Qu’est-ce qui t’a amené à pratiquer ce sport?

La fibre sportive est une constante dans notre famille. Mon père est issu d’une famille de sportifs de haut niveau, en foot, basket et natation. Et puis, je voulais aussi avoir de gros muscles, tout comme la plupart des jeunes à cet âge.

 

Tu fais quoi dans la vie en dehors du bodybuilding ?

Je n’ai pas d’autre travail. La gestion de la salle me prend tout mon temps. Ce qui en reste, je le passe à m’entraîner.  

 

Quelles sont tes idoles sportives?

J’en ai plein, mais l’unique, c’est Ronnie Coleman. C’est grâce à ses vidéos que je regardais sur VCD que j’ai appris à m’entraîner correctement. Je pense que c’est l’idole de tout bodybuilder.

 

Marié, en couple?

Je suis célibataire depuis quelques mois. Je ne pense pas encore au mariage, la salle et l’entraînement me prennent tout mon temps, d’autant plus que je m’estime encore jeune. Je penserai à me marier quand le temps sera venu.

 

Que pense ta famille de ce que tu fais?

Ils sont limite indifférents. Tant que je suis indépendant financièrement et que je ne demande pas de pognon à mon père, ça l’arrange.

 

Quels genres de musique écoutes-tu?

J’écoute tout ce qui me passe par l’oreille, sauf le rap. Mais quand je m’entraine, je ressens plus d’énergie en écoutant de la Techno house.

 

Tu as une passion pour le cinéma?

Je suis un grand cinéphile. J’ai regardé tous les films de Van Damme, Bruce Lee, Steven Seagal et les autres figures des arts martiaux.

 

Tes films préférés?

The Rock d’Al Pacino. Et mon acteur préféré, c’est The Rock.

 

Tu as déjà fait des pubs, ou castings?

Non, pas encore, mais je vais m’y mettre.

 

Tu as déjà été videur?

Énormément de fois. J’ai été videur dans les plus grandes boites de nuit du Maroc, à Casa, Marrakech, Agadir, et d’autres.

 

Le quotidien de Ronnie Coleman, le nouveau Schwarzy

 

Quelles sont tes mensurations ?

Je fais 1m75 pour 96 kilos.

 

Participes-tu à des compétitions?

J’ai fait plusieurs compétitions nationales et gagné pas mal de prix. Mais ça reste un sport marginal au Maroc. Les bodybuilders ne reçoivent aucun soutien et sont livrés à eux-mêmes.

 

Tu peux nous expliquer comment ça se passe et comment vous êtes évalués?

Je n’en sais pas plus que vous. C’est l’anarchie dans les compétitions marocaines. Vous venez, vous posez, et libre au jury de choisir les gagnants. Honnêtement, on ne sait pas sur quoi ils se basent. On nous dit que les muscles doivent être en relief, et qu’il faut bien soigner sa pose. On essaie de prendre en compte ces deux critères, puis on attend le verdict.  

 

Tu mets cette huile de posing jaunâtre toi aussi?

Oui, c’est obligatoire dans les compétitions.

 

À quoi sert-elle au juste?

Elle permet de donner de la brillance au corps et de montrer la symétrie des muscles. C’est un ingrédient essentiel de la muscu. Ce sport est basé sur le show, et il faut prendre soin de son apparence. C’est comme le maquillage pour les acteurs.  

 

Quel régime diététique tu suis?

En temps normal, un jus de fruits le matin avec 4 oeufs et du lait, de la viande rouge ou blanche au déjeuner avec légumes, et pareil pour le dîner. Les fruits, il faut en prendre pendant toute la journée. L’essentiel dans la muscu, c’est d’avoir bien mangé avant l’entraînement, et de bien manger après. Quand on prépare une compétition, c’est 6, 7 à 8 repas par jour, avec beaucoup de protéines.

 

Ça te coute combien de manger comme un lion tous les jours?

En période normale, je dépense entre 70 et 100 dirhams par jour pour la nourriture, pour un total de 3 ou 4 repas musclés. Le pire, c’est quand je suis en pré-compétition, et que je débourse 200 dirhams par jour. Là, je double mes repas et la quantité de viande. C’est tellement coûteux la muscu…

 

Tu réponds quoi à ceux qui pensent que le bodybuilding c’est pour les gays ?

Qu’ils ne s’y connaissent rien en sport. Le bodybuilding est un sport comme les autres. Dire que nous sommes gays revient à dire que tous les sportifs le sont. Je respecte la liberté de chacun, mais on ne peut généraliser dans ce cas.

 

LIRE: Hasnaa Jaber, la Marocaine qui fait trembler les cages de free-fight

 

Tu peux boire de l’alcool ou fumer ?

Si je le fais, mon entraînement n’aura que très peu d’effet sur mon corps.

 

Un mec qui n’est pas musclé, il est moins viril ?

Non, pas forcément. C’est vrai qu’on a plus de souffle et de puissance quand on a un corps pareil, mais on peut aussi perdre de la virilité si on consomme des stéroïdes.

 

Ce corps permet-il d’attirer les filles les plus sexy?

Bien sûr. Les filles sont plus attirées par un mec costaud que par un tas d’os.

 

Ce corps t’aide-t-il quand tu t’embrouilles avec quelqu’un?

Personne n’ose te faire du mal ou t’agresser quand tu as ce corps. N’empêche que je ne suis pas un bagarreur. Un sportif ne cherche jamais les ennuis, à moins que son intégrité soit menacée. Et là, rien ne l’arrêtera pour défoncer le gars en face.

 

As-tu déjà eu recours aux produits dopants?

Oui, mais j’ai arrêté ça depuis des années. Tous ceux qui font de la muscu passent par cette phase un jour où l’autre. Mais c’est juste que quand on est adolescent, on veut vite voir exploser ses muscles. Avec l’expérience, on apprend qu’il y a plus de mal que de bien à en tirer.

 

Tu comprends les gars qui ont recours à ce genre de produits, du type stéroïdes anabolisants ou hormones ?

C’est une pratique courante chez les plus jeunes. Le pire, c’est qu’ils achètent des produits souvent périmés importés d’Europe, qui leur causent des problèmes de foie. Il faut savoir chez qui acheter quand on utilise ce genre de produits. Sinon, c’est à éviter.

 

Penses-tu t’arrêter un jour?

Je ne pense pas m’arrêter un jour. C’est une passion pour la vie, même si le corps va s’épuiser un jour ou l’autre. Et quand ça arrivera, je garderai toujours la salle ou je désignerai quelqu’un pour me remplacer. J’ai déjà pris la décision que mon présent et mon avenir, ça sera la muscu.

Publicité
Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.