Pierre Bergé, le Marocain

La Dépêche | 8 septembre 2017 à 18 h 34 min | Mis à jour 8 septembre 2017

Par

Pierre Bergé, le Marocain
626

Ils ont connu Pierre Bergé personnellement ou dans un cadre professionnel. Ils rendent hommage au mécène, l'amoureux des arts ou l'acteur associatif. Témoignages.

 

“Il voulait témoigner son amour pour le Maroc”

Mehdi Qotbi, président de la Fondation Nationale des Musées

 

 

Pierre Bergé m’a appelé il y a deux mois pour me féliciter pour ce qu’on fait au musée Mohammed VI. Cet homme était un mécène, un défenseur de la culture, et un amoureux du Maroc. Un pays qui lui a beaucoup apporté.

 

Bergé se retrouvait à Marrakech qui est devenu sa maison.

 

C’est peut-être pour cette raison qu’il a décidé d’ouvrir le musée Yves-saint Laurent à Marrakech et à Paris. Il voulait témoigner son amour pour le Maroc par la création de ce musée qui va perpétuer la mémoire de Yves-Saint Laurent. L’amour, ce n’est pas que des mots mais c’est des actes. Et pierre Bergé a prouvé qu’il aimait ce pays.

 

 

“Il est plus marocain que certains Marocains”

Mahi Binebine, écrivain et artiste

 

C’est un être extraordinaire que nous avons perdu. Il m’a aidé dans le passé à monter une exposition et faire une vente aux enchères dans sa maison dédiée à cela à Paris. C’est un homme sur lequel on pouvait vraiment compter et qui répondait toujours aux appels humanitaires. Un homme extrêmement cultivé et humain. Un homme de conviction très ouvert. Bergé a passé une grande partie de sa vie au Maroc, et il aimait ce pays.

 

Je dirais même qu’il était plus marocain que certains Marocains.

 

C’est lui qui a sauvé le jardin Majorelle en le rachetant au moment où certains promoteurs immobiliers voulaient le transformer en complexe immobilier.

 

“Il a boosté le tourisme à Marrakech”

Abdellatif Abouricha, responsable communication de l’office l’ONMT-Marrakech

 

Pierre Bergé a beaucoup aidé Marrakech, même après la mort d’Yves-Saint Laurent. Il a beaucoup boosté le tourisme dans cette ville. Rien que le jardin Majorelle attire plus de 7000 visiteurs par an, ce qui le classe premier monument de Marrakech. Sa mort est une grande perte non seulement pour la ville ocre, mais pour tout le Maroc.

 

Cet homme parrainait presque tous les événements culturels de Marrakech.

 

C’est grâce à lui qu’on a aujourd’hui un salon du livre à Marrakech. Il a énormément contribué au développement de la ville. Et sa fondation veillera à ce que cela continue.

Il n’existe pas cent personnes comme lui au Maroc.

 

"Il a personnellement aidé l’Association de lutte contre le Sida"

Hakima Himmich, présidente de l’association de lutte contre le sida

 

C’est une grande figure de la lutte contre le sida. Un militant et mécène très engagé. Il a assisté aux trois ou quatre premières éditions de Sidaction Maroc. C’est d’ailleurs lui qui a créé Sidaction, la fondation qui finance beaucoup d’associations de lutte contre le sida en France et ailleurs. L’ALCS bénéficie justement de ces aides depuis 2008. Et Bergé a aidé personnellement ALCS Maroc. A travers l’association Majorelle, il injectait régulièrement des fonds pour l’ALCS Marrakech et Tanger. Il nous a même autorisé à utiliser le logo Sidaction.

Bergé est un homme aux multiples casquettes qui était respecté partout dans le monde.

 

Il est resté actif jusqu’à son dernier souffle.

 

La dernière fois que je l’ai vu était en juillet au conseil d’administration de Sidaction. Il était extrêmement fatigué mais il a tenu à présider cette session. C’est une personne autoritaire, mais généreuse et qui savait ce qu’elle voulait. En deux mots, c’était un homme exceptionnel.

 

"Il était fasciné par l’écriture et admirait les écrivains"

Abdellah Taia, écrivain

 

On s’est rencontrés en 2008 grâce à mon livre « Lettre à un jeune Marocain ».

 

C’est lui qui a financé l’impression de 50 000 exemplaires qui ont été distribués au Maroc.

 

C’est une personne extrêmement droite et directe, qui allait droit au but. Quelqu’un qui admirait les écrivains. Il était fasciné par l’écriture. D’ailleurs, c’est lui qui a racheté la fameuse librairie des colonnes à Tanger et l’a rénovée.

 

Son attachement au Maroc, c’est plutôt une histoire personnelle. Il correspond à l’amour qu’il portait pour Yves-Saint Laurent, avec qui il a découvert la ville de Marrakech.

 

Commentaires