fbpx
Publicité
Publicité

Les mines clandestines de Jerada font une nouvelle victime

La Dépêche | 2 mars 2018 à 17 h 54 min | Mis à jour 21 mars 2018

Publicité

Une nouvelle victime vient de s’ajouter à la liste des « martyrs du pain » à Jerada, la ville de l’Oriental aux 44.000 habitants.

 

Fethi Bitari, 27 ans, a succombé cet après-midi du 2 mars à un choc électrique causé par un régénérateur de courant utilisé par les mineurs clandestins pour alimenter les matériels d’extraction, confie à La Dépêche Ahmed Belkhiri, une des figures du Hirak de Jerada, le mouvement contestataire qui sévit dans la ville charbonnière depuis décembre 2017.

 

LIRE: À Jerada, un nouveau « Hirak » sur les mines de la mort?

 

Publicité

C’est la quatrième fois en moins de quatre mois que la cité minière enterre des victimes des mines clandestines. Après le décès en décembre dernier de deux frères et d’un autre mineur début février suite à l’effondrement de mines clandestines d’extraction de charbon, c’est le tour cette fois-ci d’une mine d’extraction de plomb, située à Boubker à 50 kilomètres de Jerada, d’entraîner la mort de l’un des fils de la ville.

 

Le drame s’est produit alors qu’un calme relatif s’était installé dans la ville minière après la visite du gouvernement le 10 février dans la région et les promesses de développement qui s’en sont suivies. Aujourd’hui, aussitôt la nouvelle répandue dans la ville, des manifestations ont éclaté en direction du siège de la province, a affirmé notre source.

 

LIRE: À Jerada, la créativité au service de la contestation

 

Publicité

vous pourriez aussi aimer

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.