Quand LinkedIn Maroc se transforme en site de rencontre

La Dépêche | 9 juin 2017 à 16 h 47 min | Mis à jour 3 août 2017

Par

Quand LinkedIn Maroc se transforme en site de rencontre
© Sami Ameur
909

Vous cherchez une opportunité de travail sur LinkedIn et puis soudain on flashe sur votre profil. Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seul(e)s! Nombreux sont celles et ceux qui ont affaire aux "pros de la drague" sur ce réseau social professionnel...

 

"Welcome Dear", "Bonsoirs, je veux faire votre connaissance, svp votre numéro de téléphone", "Tu es belle!": ces messages de drague, Kholoud ne les a pas reçus en s’inscrivant sur un site de rencontres. La jeune architecte en récupère régulièrement dans sa messagerie LinkedIn,  où elle partage ses  expériences universitaires et professionnelles, à l’instar de plus d’un millions d’internautes marocains (c’est beaucoup moins que Facebook et ses 9 millions de membres au royaume). Et en matière de drague 2.0, les princes charmants en cols blancs sont parfois très créatifs. Jugez-en par ce message loufoque reçue par Kholoud: "votre profil est aisément authentique". Original comme approche.

Certains internautes – majoritairement des femmes – en recherche d’emploi ou souhaitant élargir leur réseau témoignent d'expériences similaires. Elles sont souvent étonnées de recevoir des messages "sans aucune utilité professionnelle", alors qu’elles pensent communiquer avec d’éventuels recruteurs.

Meryem a été joliment accueillie sur LinkedIn par un serial dragueur qui utilise le réseau social très corporate comme une sorte de "TinderPro":

Hello Lady in Red, je suis honoré de faire partie de ton réseau, est-ce qu'on peut faire connaissance ?",

raconte la jeune femme fraîchement diplômée en marketing, qui ne cache pas être passablement agacée de certains commentaires qu’elle juge "inappropriés". L’une des approches les plus classiques consiste à  "commencer par des félicitations pour mon nouveau poste pour ensuite m’inviter à prendre un café" nous dit Fadwa, jeune journaliste de 23 ans, abordée par un cadre juriste de 37 ans.

La drague, version boulot

LinkedIn, c’est un peu le Facebook des CV. Le site permet de savoir pratiquement tout sur le parcours de ses utilisateurs, du lycée aux premiers pas dans la vie active. Une mine d’informations pour les bergag patentés… C’est probablement ce qui pousse beaucoup d’internautes curieux à zyeuter le profil de leur choix, pour connaître le pedigree de celui ou celle qui les intéresse! Et pour ne rien gâcher, contrairement à Facebook où les internautes ont tendance à faire attention à ne pas accepter n’importe qui comme ami, LinkedIn semble bien plus poreux… Comme plusieurs des personnes que nous avons interrogées, Yasmine, ingénieur dans l’informatique confirme:

 Personnellement, je ne suis pas du tout regardante sur LinkedIn. J’ai tendance à accepter un peu tout le monde, car je me dis qu’un jour ou l’autre, cela pourra déboucher sur une opportunité".

Sauf que, tout le monde n’a pas la même définition du mot "opportunité". Marwa, assistante de communication, explique avoir déjà reçu une demande d’ajout d’un homme se décrivant comme un "chargé de communication". "Il m’a demandé mon CV, je le lui ai transmis, pensant que ça pourrait m’être utile, sauf que juste après, il m’a relancée pour me demander mon Facebook et si j’étais célibataire…".

“C’est comme si je me sentais observé”

Ghizlane, chef de projet, a eu droit récemment, au message suivant : "Ravie de votre honorable connaissance, si possible en peux (sic) mieux se faire connaître. Veux-tu m’inviter sur Facebook ou WhatsApp ?" (pour  l’orthographe et la grammaire, on repassera...). Pour elle, "ce n’est pas une bonne idée de draguer sur LinkedIn et encore moins par des gens qui ne savent même pas communiquer ! On a envie en tant que professionnelles, que les profils qui nous approchent sur LinkedIn soient impressionnés par nos compétences et non par notre physique".

Il ne faut pas penser que seules les femmes se font ainsi abordées. Zakaria, jeune auditeur financier de 27 ans, a été contacté par une jeune femme qui tentait d’intégrer le cabinet au sein duquel il effectuait son stage de fin d’études : "Après m’avoir envoyé son CV, elle m’a demandé de l’appeler le soir et que j’allais trouver son numéro sur mon CV. Très professionnelle comme méthode !". Yassine, lui, jeune cadre dans la Com, utilise régulièrement la fonctionnalité de LinkedIn permettant de savoir qui a consulté son profil.

Et ça ne rate jamais, une fois par semaine, une ex petite amie avec qui j’ai entretenu une courte liaison  consulte ma page. Même si elle ne m’envoie  jamais de message, ça me procure un certain malaise, c’est comme si je me sentais observé. Problème, je ne sais pas bloquer un utilisateur sur LinkedIn".

Un vrai Tinder pro

Pour satisfaire tout ce beau monde et concurrencer les application de rencontre, LinkedIn a conçu en 2012 Hitch.me. Un site alliant site de rencontre et réseau social professionnel via LinkedIn. De même, Max Fisher, fondateur de LinkedUp! a eu l’idée de créer cette application de rencontres amoureuses après avoir remarqué que plusieurs personnes utilisaient LinkedIn pour trouver une rencontre d’un soir. Seulement, les deux site ont fait pschitt.

Mais il y a environ un an, un Marocain a réussi un joli contre-pied en lançant Linkry, une application qui permet d’étoffer son réseau professionnel, à la manière de Tinder, en indiquant sa géolocalisation, puis, de trouver des contacts en balayant à droite et à gauche, selon qu’ils vous inspirent ou pas. Un vrai Tinder pro pour le coup…

 

 

Commentaires