fbpx
Publicité Publicité Publicité
Publicité
Publicité

Les Marocains produisent de moins en moins de livres en français

La Dépêche | 8 février 2018 à 15 h 01 min | Mis à jour 21 mars 2018

Publicité

Quelque 3833 documents imprimés ou numériques ont été édités au Maroc en 2016 – 2017, soit une augmentation de 16% par rapport à la saison d’avant.

 

C’est ce qui ressort du rapport annuel de la Fondation du Roi Abdul Aziz Al-Saoud pour les études islamiques et les sciences humaines, qui consacre une partie à l’état de l’édition et du livre au Maroc.

 

Ce rapport qui vise à apporter des informations bibliométriques détaillées sur la production culturelle, littéraire et scientifique marocaine, révèle que 88% de la production éditoriale marocaine est réalisée et diffusé en format papier sous forme de livres ou de revues. Il n’empêche que l’édition numérique a doublé par rapport à la saison 2015-2016, avec 443 titres.

 

Autre révélation de ce rapport : le processus d’arabisation du secteur de l’édition se poursuit. : 82% des livres sont en cette langue. La part des publications marocaines en langue française accuse en revanche, un net recul : avec 427 livres édités au cours de la saison, les ouvrages francophones ne couvrent plus que 14,5% du volume de l’activité des éditeurs marocains. Quant à la part des publications marocaines en langue amazigh, elle ne dépasse pas les 66 titres, soit 2,25% du volume des livres imprimés.

 

Mais si les Marocains produisent plus d’ouvrages, il ne consacre q’une partie infime de leur journée à la lecture. Une étude de la Fondation Mohammed Bin Rashid Al Maktoum et du Pnud révélait ainsi en 2016 que le temps de lecture quotidien d’un Marocain était inférieur à…10 minutes par jour. Ce qui fait tout de même du Maroc le premier pays du Maghreb, en terme de temps passer devant un livre…

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.