fbpx
Publicité Publicité Publicité
Publicité
Publicité

Le sondage inédit de Novojob pour le 8 mars

La Dépêche | 8 mars 2018 à 16 h 12 min | Mis à jour 21 mars 2018

Par

Publicité

À l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, Novojob dévoile les résultats d’un sondage effectué en ligne sur la thématique « Femmes & carrières professionnelles » dans les 4 pays où elle est implantée (Maroc, Algérie, Côte d’Ivoire et Bénin).

 

La plateforme de recrutement a sondé les femmes sur les difficultés rencontrées dans leur recherche d’emploi, leur regard sur les perspectives d’évolution des femmes au sein des entreprises ou encore l’accès aux promotions.

 

Lire : VIDÉOS – Ahmed Assid et Abou Hafs défendent l’égalité dans l’héritage

 

Au Maroc, l’exercice a concerné un échantillon de près de 1.000 femmes actives, en poste et/ou en recherche d’emploi, majoritairement jeunes cadres, en grande partie célibataires (72%), urbaines et ayant fait des études supérieures.

 

De prime abord, 68% des femmes ayant répondu au questionnaire considèrent la date du 8 mars comme symbolique des acquis en matière de droits des femmes. Parmi ces acquis, le droit de rechercher et trouver un emploi qui corresponde à leurs aspirations.

 

Sur leur motivation dans le choix d’un nouvel emploi, 57% des femmes interrogées évoquent l’évolution professionnelle comme faisant partie des critères prioritaires. Si ce chiffre peut laisser penser que le poids des obligations familiales s’est amenuisé dans la recherche d’emploi, il est pourtant nécessaire d’en faire une lecture plus fine et de le relativiser : « Il y a une volonté d’équilibrer cette constante culturelle, mais le constat est que les femmes consacrent encore aujourd’hui beaucoup plus de temps que les hommes à la parentalité ou aux responsabilités familiales. En revanche, ces obligations ne les empêchent pas de chercher une évolution de carrière dans une quête d’épanouissement (…)», explique Riadh Azibi, Country Manager de Novojob Maroc.

 

« Il y a une volonté d’équilibrer cette constante culturelle, mais le constat est que les femmes consacrent encore aujourd’hui beaucoup plus de temps que les hommes à la parentalité ou aux responsabilités familiales. En revanche, ces obligations ne les empêchent pas de chercher une évolution de carrière dans une quête d’épanouissement (…)»

 

D’ailleurs, 77% de l’échantillon estime qu’il existe aujourd’hui une certaine équité entre les hommes et les femmes, voire un avantage pour les femmes dans la recherche d’emploi. Toutefois, 73% se déclarent insatisfaites de leurs conditions de travail, même si elles jugent à 82% que la situation professionnelle des femmes s’est globalement améliorée. « De plus en plus d’organisations ont compris l’importance de la participation des femmes dans le développement de l’économie nationale (…) Cela se traduit également par une nette évolution de la présence des femmes dans le top management des entreprises, brisant ainsi le plafond de verre à la faveur de leurs efforts et sacrifices », détaille le Country Manager de la plateforme technologique de sourcing.

 

« De plus en plus d’organisations ont compris l’importance de la participation des femmes dans le développement de l’économie nationale (…) Cela se traduit également par une nette évolution de la présence des femmes dans le top management des entreprises, brisant ainsi le plafond de verre à la faveur de leurs efforts et sacrifices »

 

Beaucoup d’efforts restent à fournir pour une plus grande implication des femmes dans le monde de l’entreprise, notamment sur la problématique de l’évolution au sein des organisations. Car, disparates, les perspectives d’évolution, selon les femmes, se heurtent à deux écueils : elles estiment, à 42%, que la culture et la mentalité dans la société marocaine freinent l’évolution de carrière et l’épanouissement professionnel de la femme. En outre, 45% des interrogées déclarent qu’il n’y a pas de critères clairs pour l’évolution professionnelle dans leurs entreprises. « Le manque de clarté est un mal qui n’a pas de genre. C’est un véritable sujet de vision et de projection du développement de l’entreprise. Nombre d’entreprises souffrent d’un manque de visibilité et donc ne sont pas toujours en mesure d’établir les critères nécessaires à l’évolution de carrière », conclut Riadh Azibi.

:

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.