Le geste technique...

La Dépêche | 12 août 2017 à 8 h 46 min | Mis à jour 12 août 2017

Par

Le geste technique...
© Sami Ameur
77

C’est un geste technique de haute volée que vient de réaliser le Paris Saint Germain en arrachant Neymar au Barça. On ne va pas parler de chiffres, ils sont incompréhensibles, surtout vus du seddari. On va rester sur les principes, c’est moins fatigant.

Depuis environ dix ans, le Barça et le Real écrasent tout. On peut parler des heures du Milan des 90’s ou de l’Ajax des 70’s, on aura du mal à trouver de pareille domination. On parle de domination sportive, financière, médiatique: les deux Espagnols ont créé un empire. Les autres, même les plus glorieux, ont du mal à exister, ils ont été précipités dans l'anonymat à grande vitesse.

 

Et depuis 10 ans, donc, les seuls joueurs qui quittent ces deux clubs sont ceux dont on ne veut plus. Le PSG a cassé ce code, Neymar aussi. Les Parisiens ont fait ce que les Espagnols font aux autres, tout le temps. Cibler un joueur brillant, lui promettre les euros et les trophées, les ballons d’or et les primes, la gloire et les pubs, personne ne résiste.

Liverpool leur a vendu Mascherano, Xavi Alonso, Suarez, et bientôt Coutinho. Mais aujourd’hui, alors qu’ils passent de l’autre côté de la transaction, ils sont grognons. La fédération espagnole traine des pieds, les fans hurlent au mercenariat, ils découvrent le quotidien d’un supporter normal. Et ils le vivent assez mal.

Les supporters « neutres » ne sont pas moins amers. Nous sommes dans un monde très conservateur, on n’aime pas les nouveaux riches. On préfère les clubs historiques, c’est-à-dire les vieux riches. C’est dommage, parce que l’aventure de Neymar à Paris s’annonce passionnante.

 

Il ne va pas s’enterrer en Chine, ou découvrir la MLS, non. Il part à Paris pour gagner avec ce club sa première ligue des champions, c’est un challenge colossal. Aucune réalisation inférieure ne sera considérée comme acceptable. S’il y parvient, tout le monde aura oublié son prix, et les mesquineries de la fédération espagnole aussi. Voilà ce qu’on va suivre, depuis le seddari, avec impatience…

Commentaires