fbpx
Publicité
Publicité

« La jeunesse marocaine face au défi des addictions »

La Dépêche | 23 janvier 2018 à 17 h 24 min | Mis à jour 21 mars 2018

Publicité

La Fondation Attijariwafa bank analyse le fléau de l’addiction des jeunes aux drogues et à l’alcool.

La Fondation Attijariwafa bank a organisé, vendredi 19 janvier 2018, une nouvelle conférence du cycle « Échanger pour mieux comprendre », sous le thème « La jeunesse marocaine face aux défis de l’addiction ».

 

Cette deuxième rencontre de l’année 2018 a connu un vif succès auprès des jeunes lycéens et étudiants, des parents d’élèves, des responsables pédagogiques et des représentants du corps médical.
Dans un mot de bienvenue, Mme Saloua Benmehrez, Directrice de la Communication Groupe a, au nom de M. Mohamed El Kettani, Président Directeur Général du groupe Attijariwafa bank, expliqué les raisons du choix de cette thématique sensible:

« Pour cette 36e édition du cycle, nous avons choisi de traiter un sujet de santé publique grave, qui met en péril l’avenir de notre jeunesse et qui, si aucune politique publique efficace et inclusive, de prévention et d’accompagnement, n’est mise en place, pourrait compromettre l’avenir de notre pays. Car que deviendrait un pays sans une jeunesse en bonne santé, optimiste et armée pour porter des ambitions fortes ? »

 

La conférence a été rehaussée par la présence de deux éminents Psychiatres et Psychologues, spécialistes en Addictologie, le Docteur Amine Benyamina, Président de la Fédération Française d’Addictologie et auteur du livre « Comment l’alcool détruit la jeunesse » paru en 2017 aux Éditions Albin Michel; et le Docteur Hachem Tyal, Fondateur de la Clinique psychiatrique Villa des Lilas.
Devant une assistance attentive, les deux praticiens ont analysé les caractéristiques de ce fléau dévastateur. Ainsi, l’addiction touche un public d’adolescents de plus en plus jeune, n’épargnant ni les garçons ni les filles, issus de toutes les classes sociales. Plus inquiétant encore, ces tendances sont observées à la fois dans les pays développés et émergents. Pour les conférenciers, la jeunesse est clairement en danger face à l’ampleur des dégâts causés sur la santé des enfants, à la fois sur leurs neurones, leur foie et leur cœur.

 

Face à l’urgence de la situation, les familles sont souvent livrées à elles-mêmes et les pouvoirs publics n’arrivent pas à mettre en place des programmes cohérents et ciblés. Le Docteur Benyamina a ensuite recommandé l’adoption de mesures de prévention à mettre en œuvre sans attendre, pour tenter de protéger une jeunesse de plus en plus exposée aux addictions de toutes sortes. Le spécialiste en Addictologie suggère que ces mesures soient initiées dans le cadre d’une action globale et cohérente, qui pourrait être pilotée par les ministères de la Santé et de l’Éducation, mais qui impliquerait pleinement les jeunes ainsi que leurs parents et les enseignants.

 

Au terme d’un échange entre les deux conférenciers, la salle a réagi en livrant des témoignages et posant des questions pratiques précises portant notamment sur les techniques thérapeutiques les plus efficaces et les mesures préventives susceptibles d’éradiquer le fléau de l’addiction des jeunes adolescents.
À travers cette nouvelle conférence-débat, la Fondation Attijariwafa bank confirme sa volonté de traiter des problématiques sociales et sociétales qui concernent l’avenir de la jeunesse, à travers une démarche pédagogique qui accorde une grande place à l’écoute et au débat constructif.

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.