Publicité

J’ai testé un site de prostitution déguisée

La Dépêche | 3 juillet 2017 à 20 h 04 min | Mis à jour 5 juillet 2017

Par

J’ai testé un site de prostitution déguisée
©Sami Ameur

Suivant les conseils d’une amie, Hasna a testé un site combinant voyage et dating. Quelques heures après son inscription, elle comprend que c’est un site de prostitution déguisée.

 

J’ai appris l’existence de Travelgirls.com au lendemain d’une rupture douloureuse. Une amie m’avait conseillée de mettre mes sentiments en sourdine et de fréquenter les hommes “pour le fun”. “Tu vois ces filles qui exsudent la pauvreté et qui passent leur temps aux Maldives ? Tu ne t’es jamais demandé comment elles font pour financer leurs voyages ?”, m’avait-elle dit avant de me demander de le garder pour moi : “Je ne veux pas qu’il se remplisse trop de Marocaines, ça nous fera de la concurrence”. Trop tard, elles sont déjà plus de 5000 à y avoir un compte.

Relents de trafic humain

“Travelgirls est parmi les premiers sites web dans le monde à combiner voyages, rencards et culture. Trouver un compagnon de voyage de n’importe quel coin de la planète est désormais possible en quelques clics”, peut-on lire dans la section “à propos”. Le site renferme également une partie “Tips” (astuces) qu’on dirait tout droit sortie d’une campagne de lutte contre le trafic humain. Si l’on décide de rencontrer un membre en personne, il faudra prendre quelques précautions : prévenir un proche avant de prendre l’avion, noter le numéro de l’ambassade de son pays, acheter une carte SIM tout de suite après l’atterrissage, s’assurer d’avoir assez d’argent pour rentrer en cas de pépins…

Un seul tip est marqué en gras et semble être adressé aux hommes: “N’envoyez pas d’argent”.

Le prix de la bonne compagnie

Comme dans les boîtes de nuit louches, le site est gratuit pour les femmes et payant pour les hommes. Ils doivent s’acquitter de l’équivalent de 1800 dirhams le premier trimestre, puis de 300 dirhams par mois. Pour encourager les esseulés à casser leur tirelire, le site mise sur la frustration: il est impossible de contacter n’importe quelle fille sans passer par un compte premium ou sans avoir été contacté par une fille au préalable. Les plus fauchés, croyant pouvoir séduire par l’insistance, cliquent plusieurs fois sur les profils qui les intéressent (on peut voir combien de fois son profil a été visionné) ou marquent sur leur description qu’ils attendent un “hello” en premier.

“Si tu es ouverte d’esprit”

“Ceci n’est pas un site d’escort” est la phrase qui accompagne l’Url du site quand on le cherche sur Google. Pourtant, Alexander, un maçon de 50 ans originaire de Manchester dans le Royaume-Uni, m’a proposé 300 dollars par semaine en échange de préliminaires et de sexe oral. Sans capote.

Leopold, 72 ans, habitant d’un coin perdu du Brésil, veut m’emmener dans un autre coin perdu de Bavière.

Olivier, un Français de 58 ans, me promet que je ne paierai pas un sou si je suis ouverte d’esprit. “Le Cap d'Agde est connu mondialement comme étant le lieu libertin par excellence”, m’apprend-il avant de m’envoyer une photo de lui en tenue d’Adam sur une plage nudiste.

L’Afrique pour les pauvres

L’écrasante majorité des hommes constamment connectés est d’origine turque, pour le plus grand bonheur des jeunes Marocaines précisant sur leurs profils qu’elles sont incapables d’obtenir un visa Schengen. Le nombre des promesses est inversement proportionnel au degré d’attractivité de l’offre. Par exemple, un sexagénaire suisse au crâne dégarni est prêt à me prendre en charge alors que je dis clairement que nous ne dormirons pas dans le même lit. En revanche, le trentenaire italien au volant d’une Porsche me bloque à la réception de mon “coucou”.

Quelques heures sur ce site suffisent à déduire les comportements de ses consommateurs : les riches veulent des Slaves, les pauvres et les vieux se rabattent sur les Africaines.

Je remercie Alexander le maçon pour la conversation brève et insipide. Il s’offusque quand je lui rappelle que même si j’étais une escort, 300 dollars la semaine c’est de la pure radinerie. Sans surprise, il me traite de vieille grosse. J’ai 32 ans et je porte du 38.
Je change les informations sur mon profil. Je mentionne que j’ai déjà payé tous les frais pour mon prochain voyage et que ma présence sur le site n’est motivée par aucun but précis. Je ne reçois plus aucun message sur ma boîte de réception, j’en déduis que je n’ai rien à faire sur ce site et supprime mon compte.

Publicité

Commentaires