Publicité

El Othmani réagit à la polémique Boutaleb-Belkhayat

La Dépêche | 8 septembre 2017 à 14 h 00 min | Mis à jour 8 septembre 2017

Par

El Othmani réagit à la polémique Boutaleb-Belkhayat
© DR

Le Chef du gouvernement se fait moins discret ces derniers jours. Après avoir répondu sur Twitter à une question sur le retard de livraison du passeport à Silya Zyani, figure du Hirak graciée par le roi le 30 juillet, le voilà qui réagit à une nouvelle polémique: le contrat présumément accordé par la secrétaire d’Etat chargée du tourisme, Lamyae Boutaleb, à un cabinet de conseil appartenant à Hassan Belkhayat, un de ses collègues au bureau politique du RNI.

 

Alors qu’un twitto lui demande s’il a “validé l’octroi de cette consultation de 13 millions de dirhams”, El Othmani répond: “Pas du tout, car il n’y a pas d’autorisation préalable du Chef du gouvernement pour les marchés négociés”, avant de renvoyer son interlocuteur vers l’article 86 du décret sur les marchés publics. Ce dernier énonce que les marchés “que les nécessités de la défense nationale ou de la sécurité publique exigent doivent avoir été au préalable autorisés, au cas par cas, par le Chef du gouvernement ”.


El Othmani ajoute qu’”aucun contrat ne peut être signé sans l’aval des finances”.

 

Une affaire toujours floue

Dans un article publié le 7 septembre, le site Maghreb Confidentiel a affirmé l’existence d’un marché public entre le ministère du Tourisme et le cabinet Southbridge, propriété de Hassan Belkhayat, membre du bureau politique du RNI.

 

Le médias édité à Paris a rendu public un email adressé le 4 septembre par Abdallah Benmansour, chef de cabinet de Lamyae Boutaleb, à une de ses journalistes, et dont la secrétaire d’Etat était en copie. Teneur du message: “Le travail avec le cabinet Southbridge ne faisait que commencer”.

El Othmani réagit à la polémique Boutaleb-Belkhayat

En réaction à ces révélations, le ministère du Tourisme avait publié un communiqué le 4 septembre précisant que “des consultations sont en cours avec plusieurs consultants, (...) et qu’aucun contrat n’a été signé avec aucun cabinet”.

Publicité

Commentaires