Publicité

Le CESE distribue bons et mauvais points

La Dépêche | 8 septembre 2017 à 7 h 39 min | Mis à jour 8 septembre 2017

Par

Le CESE distribue bons et mauvais points
© Sami Ameur

Emploi, environnement, santé, éducation, place des femmes… dans le rapport annuel 2016, qu’il vient de remettre au roi, le Conseil Economique Social et Environnemental dresse le portrait du Maroc. Ce qui a progressé, ce qui n’avance pas: LaDepeche.ma l’a lu pour vous.

  • Croissance

👎 En 2016, la croissance du PIB a enregistré un ralentissement notable, à 1,2%, après 4,5% en 2015, suite à une contraction de la valeur ajoutée agricole, en raison d’un déficit pluviométrique, jugé le plus sévère en trente ans.

👎 La croissance de la valeur ajoutée non agricole demeure toutefois modérée, malgré une légère accélération en 2016, atteignant 2,2% au lieu de 1,8% un an auparavant.

👎 Ralentissement significatif de l’industrie manufacturière, faibles performances au niveau du BTP et de l’industrie extractive.

  • Emploi

👎 37.000 emplois ont été perdus en 2016 alors que 33.000 emplois avaient été créés en 2015. Le secteur «agriculture, forêt et pêche» a enregistré une perte nette d’environ 120.000 emplois entre 2015 et 2016.

👍L’année 2016 a enregistré une création nette de plus de 20.000 emplois salariés et d’environ 100.000 dans le cadre de l’auto-emploi.

⚠️Outre les aspects conjoncturels, la faiblesse de la création d’emploi au Maroc revêt un caractère structurel qui s’accentue au cours des années. Ainsi, sur la période 2003-2006, un point de croissance additionnel permettait de créer plus de 38.000 emplois en moyenne. Cette performance a baissé de façon continue: 12.000 entre 2012 et 2015.

 

  • Déficit

👍 Les finances de l’Etat se sont légèrement améliorées au cours de l’année 2016. Le déficit budgétaire est passé de 4,2% du PIB en 2015 à près de 4% en 2016.
⚠️ Il reste supérieur au niveau de 3,5%, prévu par la loi 
de finances.

  • Niveau de vie

👍 Le niveau de vie moyen des Marocains a presque doublé entre 2001 et 2014, passant de 8.300 dirhams par an à 15.900 dirhams.

⚠️ Les inégalités sociales en termes de niveau de vie ont amorcé une tendance à la baisse depuis 2007, mais elles demeurent à un niveau relativement élevé.

 

  • Education

👎 Les lacunes structurelles dont pâtit le système éducatif se sont manifestées avec davantage d’acuité lors de la rentrée scolaire 2016. A cet égard, il y a lieu de citer une aggravation du phénomène de la surcharge des classes, le manque structurel d’enseignants, cumulé aux départs à la retraite.
👎 En dépit de son atténuation au cours des années, l’abandon scolaire reste un fléau qui touche 350.000 élèves par an.

 

 

  • Santé

👍 De notables progrès ont permis l’allongement de l’espérance de vie à la naissance à 75,8 ans en 2015 par rapport à 70,3 ans en 2005.

👍 Légère amélioration de la capacité litière des hôpitaux permettant d’atteindre un niveau de 1551 habitants par lit hospitalier en 2015 par rapport à 1586 en 2014.

👎 Le secteur continue de souffrir d’une insuffisance aigue en ressources humaines avec une faible densité médicale (1,5 personnel de soin qualifié pour 1000 habitants en 2014, alors que le seuil minimal préconisé dans le cadre des objectifs de développement durable est de 4,45).

👎 Faiblesse du budget de la santé représentant 5,6% du budget de l’Etat, au moment où il est recommandé, au niveau international, d’allouer au moins 10% du budget national à ce secteur.

 

 

  • Couverture sociale

👍 Le taux de couverture de la population marocaine, tous régimes confondus, a atteint 60% contre 53% en 2015. Cette amélioration est principalement due à la couverture quasi-totale de la population cible du RAMED et à l’entrée en vigueur de l’assurance maladie de base pour les étudiants.

👎Le taux de renouvellement des cartes RAMED par les personnes en situation vulnérable a connu une forte baisse qui pourrait être attribuable au niveau de la contribution annuelle requise pour cette catégorie.

👎 L'évaluation des services de soins délivrés aux bénéficiaires de RAMED révèle dans plusieurs régions, notamment les plus défavorisées, des difficultés liées à la non satisfaction de demandes de soins et des besoins en médicaments, à des déficits en matière de prestations spécialisées ou chirurgicales, de salles de soins équipées et de personnel qualifié, allongeant par conséquent les temps d’attente de manière excessive.

  • Logement

👎 Le déficit en matière de logement est estimé à 400.000 unités à fin 2016 contre 500.000 en 2015.

👍 Le programme "Villes sans Bidonvilles" a permis d’améliorer les conditions d’habitat d’environ 100.000 ménages entre 2012 et 2016.

👎 Les outils de financement destinés à faciliter l’accès au logement social en faveur des personnes à revenus modestes ou de la classe moyenne ont connu un recul en 2016.

 

  • Situation des femmes

👎 La situation des femmes n’a pas connu d’amélioration significative, comme le confirment l’augmentation de 13,8% de la violence à l’égard des femmes et le recul du taux d’activité des femmes, plaçant le Maroc est à la 137ème position sur 144 pays et ce, malgré la mise en œuvre, entre 2012 et 2016, du Plan Gouvernemental pour l’Egalité.

👎 En 2015, plus de 35.000 mariages impliquant un mineur ont été enregistrés dont 99% concernent des filles parmi lesquels 12 cas de mariages de mineurs âgés de 14 ans.

 

 

  • Personnes en situation de handicap

👍 La loi cadre 97-13 relative à la protection et à la promotion des droits des personnes en situation de handicap a été promulguée en avril 2016.
⚠️ Cette loi cadre n’explicite pas les mécanismes de recours, administratifs et judiciaires, en cas de non-respect des droits ou de discrimination à l’égard de ces personnes, et n’identifie pas les autorités et administrations publiques en charge de veiller à l’application des différentes mesures prévues.

👎 Sur un total de 1,7 millions de personnes en situation de handicap (soit 5,1% du total de la population recensée en 2014), près de 66,5% n’ont aucun niveau d’instruction, contre 35,3% parmi les personnes non handicapées et le taux d’inactivité chez les personnes en situation de handicap atteint 86,6%.

 

  • Migrants

👍 Le Maroc a entamé une deuxième vague de régularisation en décembre 2016 avec le dépôt, à fin mars 2017, de 18 000 demandes de régularisation.

⚠️ La situation des migrants résidents ou en transit dans notre pays implique de fournir des efforts supplémentaires en matière d’insertion, de protection, d’assistance humanitaire et de lutte contre toutes les formes de racisme envers les immigrés.

  • Environnement

 

👍 Concernant la gestion des déchets ménagers, le taux de collecte professionnalisée des déchets est passé de 44% en 2008 à 82 % en 2016, tandis que le taux d’enfouissement des déchets a atteint 40% en 2016, au lieu de 11% en 2007.

⚠️  Le Conseil appelle à une meilleure prise en considération du risque climatique dans la planification urbaine et ce, notamment au niveau des documents d’urbanisme, des plans d’aménagement urbain et des plans de déplacement urbain.

 

Publicité

Commentaires