fbpx
Publicité Publicité Publicité
Publicité
Publicité

Bouchra Ddeau, pourquoi est-elle si méchante?

La Dépêche | 14 juin 2017 à 18 h 02 min | Mis à jour 21 mars 2018

Par

Publicité

Elle déchaîne les passions depuis qu’elle anime “Daribat Achouhra” sur Télé Maroc. Portrait robot d’une animatrice qu’on adore détester.

  • Son parallèle Maroc/Europe est fatigant

Sa phrase fétiche est : “Mais nous ne sommes pas en Europe!”. Et alors? Souffrions-nous d’une tare génétique qui nous rendrait incapables de gérer l’ouverture d’esprit et le respect des libertés individuelles comme les Européens? Se rend-elle compte de la teneur raciste de ses propos?

  • Elle met dans le même panier prostitution, viol et inceste

A l’entendre parler, le sexe hors mariage est la pire chose qui puisse arriver à une femme et, par transitivité, à la Nation toute entière. Qu’elle ait choisi ou subi, elle s’en fiche.

  • Pour elle, les femmes n’ont pas de libre arbitre

“Vous encouragez la débauche et la prostitution”, a-­t-elle accusé Aicha Chenna. Dans le monde de Bouchra Ddeau, les femmes sont apprêtées et alignées, attendant patiemment le feu vert de la présidente de Solidarité féminine pour se jeter seins nus sur la première créature qui possède un pénis et une moustache.

  • Ses questions “osées” ne servent à rien

Connaître l’orientation sexuelle de Doc Samad ou l’honorabilité de Aicha Chenna nous fait une belle jambe. Vraiment. Nos vies se sont sacrément améliorées depuis qu’elle a posé des questions sur ce qui se passe entre deux jambes ou entre quatre murs.

  • Elle se cache derrière son émission

A la presse électronique, elle a déclaré: “certains peuvent croire que j’attaque les invités, mais cette manière d’interviewer est connue dans les chaînes américaines et son but et d’extirper l’invité de sa zone de confort, afin que le public découvre la face inconnue de sa personnalité”. Mais sur son mur Facebook, depuis le début de sa guerre avec Doc Samad, elle dit pourtant la même chose…

  • Elle nous bassine avec cette “société islamique” dans laquelle nous vivrions

Dans sa société islamique fantasmée, elle ne serait pas autorisée à l’antenne. Elle serait obligée de cacher sa coupe de cheveux à la mode sous un voile et son visage maquillé derrière un niqab. Elle ne pourrait pas non plus hausser le ton sur un invité de sexe masculin.

  • Elle a l’agressivité et l’insolence sélectives

Devant un invité qu’elle veut faire passer coûte que coûte pour un homosexuel, elle n’hésite pas à utiliser l’insulte “pédé”. A une dame qui a sacrifié sa vie pour la prise en charge de femmes et d’enfants marginalisés par la société, elle demande si elle était vierge le jour de son mariage. En revanche, elle se couvre devant Cheikh Fizazi…

  • Son manque d’empathie est écœurant

Durant son épisode, Aicha Tachnouite revient sur une expérience traumatisante de sa vie : quand des personnes ont tenté de l’empoisonner et d’autres de l’aveugler. Elle pleure, une femme “capable” (comme on dit chez nous) s’effondre face à la caméra. Que fait Bouchra Ddeau? Elle remue le couteau dans la plaie pendant que les larmes coulent sur les joues de Tachnouite : “C’est quelqu’un de la famille? Ils vous ont fait grossir aussi et perdre vos cheveux?”.

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.