fbpx
Publicité
Publicité

Benatiq promet une aide judiciaire à la famille du Marocain tué aux Pays-Bas

La Dépêche | 29 janvier 2018 à 12 h 38 min | Mis à jour 21 mars 2018

Publicité

Le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration affirme qu’il « suit de près », en coordination avec les représentations diplomatiques du royaume à La Haye et Amsterdam, les développements de l’assassinat aux Pays-Bas du jeune Marocain, Mohamed Bouchikhi.

 

LIRE: La criminalité en baisse à Casablanca

 

Selon communiqué de ce département, aussitôt informé de l’assassinat vendredi de ce jeune, âgé de 17 ans, Abdelkrim Benatiq a contacté au téléphone le père du défunt pour lui présenter les condoléances du gouvernement marocain et pour exprimer à sa famille la disposition des autorités marocaines à leur apporter tout le soutien nécessaire à travers la désignation d’un avocat pour suivre ce dossier sur le plan judiciaire.

 

Le ministre a également informé la famille de la disposition de son département à prendre en charge le rapatriement de la dépouille du défunt pour son enterrement au Maroc, ajoute la même source.

Selon les informations du consulat général du Maroc à Amsterdam, le défunt était connu pour ses actions de bénévolat au profit des jeunes, notamment les réfugiés, au sein de la Fondation musulmane de la paix aux Pays-Bas, et n’a aucune relation avec le trafic de drogue, comme véhiculé par certains médias ».

L’individu qui était visé par l’attaque ayant tué « involontairement » le jeune Marocain, est un Hollandais originaire du Suriname, et qui est « coupable d’actes contraires à la loi ».

 

Selon les médias hollandais, le jeune homme tué travaillait dans un centre communautaire en tant que stagiaire, et n’avait aucun casier judiciaire et aucun antécédent judiciaire.

 

« J’ai perdu mon petit neveu innocent qui, malheureusement, s’est retrouvé au milieu d’une fusillade menée par des fous », a écrit l’oncle de Bouchikhi, Hassane Ouled Ali, dans une lettre ouverte adressée à la mairie d’Amsterdam publiée sur Facebook, soulignant que cette fusillade a eu lieu dans un centre communautaire où des enfants de six ans peuvent venir suivre des cours de cuisine ou de kick-boxing.

Publicité
Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé ! Dès maintenant et en quelques clics, inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez en exclusivité nos derniers articles.