fbpx
Publicité Publicité Publicité
Publicité
Publicité

À Jerada, la créativité au service de la contestation

La Dépêche | 26 janvier 2018 à 23 h 43 min | Mis à jour 21 mars 2018

Publicité

La vague de manifestations populaires à Jerada entame désormais sa quatrième semaine de contestation dans la rue. Depuis que deux frères mineurs ont perdu la vie dans un puits clandestin d’extraction de charbon, la ville située au Nord-Est du Maroc vit au rythme de protestations quasi quotidiennes. Mêmes les visites et les promesses des ministres Aziz Rebbah et Aziz Akhannouch n’ont pas pu calmer la colère des habitants, qui ont juré de ne pas renoncer jusqu’à la mise en place d’une « vraie alternative économique » à cette ville, où le taux de chômage est l’un des plus élevés du royaume. Tantôt en organisant des marches en tenue de mineurs et tantôt en faisant vibrer la ville sur un concert de casseroles, les habitants de la cité sont déterminés à poursuivre leur « lutte », tout en faisant preuve de créativité dans la manière dont ils font entendre leur voix. Florilège.

  • La règle de trois…

 

Les trois principales revendications de la population dressées en tableau sur un mur: Alternative économique, baisse des tarifs de l’eau et d’électricité, reddition des comptes. © DR

 

  • Hay El Massira, coup de départ des marches

Un épouvantail en uniforme de mineur collé à un mur au quartier populaire El Massira, épicentre du Hirak de Jerada. © DR

 

  • Mur des lamentations

Des jeunes en train de coller les factures d’eau et d’électricité, que les habitants refusent de payer à cause des « tarifs élevés ». © DR

 

  • Un réveillon noir

« La marche des mineurs » tenue le 31 décembre 2017. Les habitants ont décidé de manifester avec les uniformes qu’ils portent dans les « mines de la mort ». © DR
  • Affaire à saisir!

Opération « A vendre ». Les habitants de la ville ont affiché sur le toit des maisons et des commerces des pancartes indiquant leur mise en vente gratuite, comme expression du désespoir de la population. © DR
  • Faites du bruit!

Concert de casseroles dans toute la ville charbonnière le 7 janvier dernier. © DR