Publicité

5 choses que vous ignoriez sur Saaid Amzazi, le nouveau ministre de l’Éducation

La Dépêche | 26 janvier 2018 à 10 h 32 min | Mis à jour 26 janvier 2018

Par

Publicité

Saaid Amzazi est le ministre qui a fait le plus parler de lui au lendemain des nominations royales. Voici 5 choses à savoir sur ce biologiste qui a la lourde mission de sauver l’école marocaine.  

 

 

 

  • Il a obligé les fonctionnaires à payer leurs études universitaires

La mission première du nouveau ministre sera vraisemblablement de mettre en œuvre le projet de loi-cadre sur la réforme de l’éducation, qui signe la fin de la gratuité dans l’école publique marocaine. Et pour cela, qui de mieux placé que celui qui a obligé les fonctionnaires et salariés à payer leurs études à l’Université Mohammed V, quand il en était président. Lors de son mandat, Amzazi avait instauré des frais annuels de scolarisation pour les fonctionnaires et salariés souhaitant s’inscrire à la plus ancienne université du Maroc: 4.000 dirhams pour l’inscription en licence, 20.000 dirhams pour le master et 10.000 dirhams pour le doctorat.

 

LIRE: Un ministre marocain, ça gagne bien sa vie?

 

 

  • Il a déjà été dans le collimateur de Driss Jettou

Trois universités marocaines figuraient dans le projet de rapport de 2016 de la Cour des comptes pour trafic de diplômes et corruption. Parmi elles, celle présidée par Amzazi, suspectée de falsification de diplômes et d’inscription de personnes n’ayant pas le bac.  Driss Jettou, le premier président de la Cour, avait mis en garde par lettre le ministère de l’Enseignement supérieur, demandant l’ouverture d’une enquête à ce sujet. Mais depuis, aucune suite n’a été donnée à cette affaire.

 

 

  • Il a un vrai faux compte Twitter

Au lendemain de la nomination des cinq nouvelles recrues de l’exécutif, un compte attribué à Saaïd Amzazi a surgi sur Twitter au nom de @AmzazizMa, et dont le premier tweet souhaitait « Bienvenues » à ses abonnés. Les internautes n’ont pas manqué de souligner la faute d’orthographe, taclant au passage le nouveau ministre de l’Éducation. Aussitôt créé, @AmzazizMa s’est abonné aux comptes de nombreux supports médiatiques, de journalistes et de personnalités politiques. Interpellé par plusieurs journaux en ligne, Amzazi a démenti être le propriétaire de ce profil Twitter, indiquant qu’il n’a jamais eu de compte sur ce réseau social.

 

LIRE: Dis-moi comment tu tweetes, je te dirai qui tu es…

 

 

 

  • Il a milité pour la baisse des frais de scolarité de la mission

Avec trois enfants inscrits à la mission française au Maroc, Amzazi a investi dans l’éducation de ses enfants… Lui qui était membre de l’UCPE (association des parents d’élève) manifestait en 2012, aux portes du Lycée français Descartes à Rabat, contre les augmentations « récurrentes » des frais de scolarité des élèves. « De 2009 à 2012, il y a eu pratiquement 40 % d’augmentation. (…) D’ici 6 ans, on sera au-delà de 70 % », avait-il déclaré à l’AFP en avril 2012, alors qu’il était doyen de la Faculté des Sciences de Rabat.

 

 

  • Il a découvert une plante qui réduit les effets du virus du SIDA

Mentha longifolia. C’est le nom d’une plante qu’a découvert Saaid Amzazi avec un groupe de chercheurs, et qui aurait le pouvoir de réduire la propagation dans le corps humain du VIH, le virus qui cause la maladie du SIDA. C’est en tout cas ce qu’affirme une publication signée Amzazi, intitulée Activité anti-VIH des extraits de Mentha longifolia, et publiée en 2003 dans la revue de pharmacologie Thérapie. Selon l’abstract de cet article, cette espèce de menthe qui pousse spontanément dans les montagnes marocaines (…) inhibe significativement l’infection par le VIH-1 d’environ 40 % et 55% ».